La vérification

 

Un message viral sur Facebook et sur Whatsapp prétend que les forces de l’ordre burkinabè auraient arrêté et mis en garde à vue un individu à Ouagadougou en possession d’armes de poings, d’explosifs, et de kalachnikov. Pourtant il n’en n’est rien.

 

« Des explosifs, des armes de poing, et plusieurs kalachnikov, c’est le butin récupéré ce matin par les forces de l’ordre à Ouagadougou au domicile d’un commerçant de 54 ans soupçonné de préparer un attentat dans la capitale burkinabè. L’homme a été arrêté et placé en garde à vue. Il déclare : je suis marchand d’armes depuis 1997 au Burkina Faso. » Le texte a été publié par Célébrité Burkina, une page qui a 26 672 abonnés avec une image de kalachnikov en illustration. Ce message est-il vrai ? Fasocheck a vérifié et c’est non.

 

Fasocheck a d’abord vérifié l’image d’illustration avec l’outil Google Reverse Image. Elle a été prise le 28 novembre 2015 par le photographe Arben Celi pour le compte de Reuter pour illustrer reportage sur le trafic d’armes légères dans le Sud-Est de l’Europe. Elle n’a aucun lien avec le Burkina Faso.

 

L’information selon laquelle les forces de l’ordre aurait arrêté un individu en possession de ces armes est fausse. Fasocheck a contacté les services d’information de la gendarmerie, de l’armé et de la police nationale. Tous réfutent l’information et indiquent n’avoir pas enregistré une telle prise. La page auteure du post a aussi été contactée mais n’a fourni aucune preuve.

 

En conclusion la déclaration selon laquelle un homme de 54 ans aurait été arrêté par les forces de l’ordre pour détention d’armes en vue de perpétrer un attentat à Ouagadougou est trompeuse car ne reposant sur aucune preuve. L’image qui l’accompagne a quant à elle été détournée de son contexte.

 

 

Checkeur : Ange Lévi Jordan MEDA 

Leave a comment

Filtered HTML

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <img> <h2> <h1> <h3> <div> <span> <section> <b> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <table> <td> <tr>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.