Affirmation

L’information a été donnée par le blogueur Bassirou Badjo (dit El Bach), le 31 août 2019 sur sa page Facebook.

Résultats

Le 31 août 2019 sur sa page Facebook.

Verdict : manque de précision.

 

«La ville de Ouagadougou génère 600.000 tonnes de déchets par an». L’information a été donnée par le blogueur Bassirou Badjo (dit El Bach), le 31 août 2019 sur sa page Facebook.

 

 

 Ce chiffre est-il exact ?

Contacté par Fasocheck, Bassirou Badjo dit avoir eu cette information lors d’un panel regroupant entre autres, la commune de Ouagadougou et des blogueurs.

 Fasocheck a reçu la présentation de la mairie où on lit «Quantité de déchets/an : 600 000 tonnes».

 

Le directeur de la salubrité publique et de l’hygiène de la commune de Ouagadougou, Saidou Nassouri, a confirmé ce chiffre comme provenant de ses services.

Siméon Sawadogo qui travaille dans la même direction, a précisé que le volume de 600 000 tonnes «de déchets solides», résulte plutôt d’une projection faite en l’an 2000.

Selon lui, une autre étude confirmera en fin 2019 ou en début 2020, si ce chiffre est exact.

Déjà en 2000, Ouagadougou comptait près d’un million d’habitants pour une production annuelle de 300. 000 tonnes d’ordures, soit 0,54 kg d’ordure par personne et par jour, ajoute-t-il.

D’après Saidou Nassouri, pour obtenir un tel seuil, il faut suivre un certain nombre de ménages pour déterminer la nature et la quantité d’ordure produite par personne.

Il a indiqué que le seuil actuel se situe entre 0,54 et 0,65 kg pour une population de près de trois millions d’habitants.

La revue d’Africa 21 sur la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de développement durable en Afrique, dans son édition de janvier 2017, donne des estimations sur la quantité de déchets produit par jour et par habitant dans quelques pays.

Le site populationdata consulté le 23 octobre 2019, montre que Ouagadougou compte présentement 2 966 307 habitants.

Selon Saïdou Nassouri, la ville de Ouagadougou compte 12 arrondissements et 55 secteurs.

La collecte des déchets par la direction de la salubrité publique et de l’hygiène de la commune de Ouagadougou, concerne donc uniquement ces 12 arrondissements et 55 secteurs et non les communes rurales environnantes, ajoute-t-il.

Carte découpage de Ouagadougou

 

 

 

 

 

 

 

Selon, le rapport d’activités 2018 de la même direction, 336 000 tonnes de déchets ménagers solides ont été enfouis en 2017 au Centre de traitement et de valorisation des déchets de Ouagadougou. 3 120 mètres cube de Déchets Industriels Spéciaux et Déchets Biomédicaux (DIS-DBM) et assimilés, ont été traités, 17 tonnes de déchets plastiques valorisés en granulés, 69 460 pneus usagés collectés et 46 décharges non contrôlées éliminées.

Fasocheck s’est également intéressé à d’autres types de déchets tels que les déchets liquides et les excrétas ou boues de vidange. En 2016, ce sont 1 241 000 m3 d’eaux usées qui ont été épurées par la Direction régionale de Ouagadougou de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), indique l’annuaire statistique 2018 du ministère de l’Eau et de l’Assainissement.

Selon l’ONEA, la Direction régionale de Ouagadougou, regroupe les ville de Ouagadougou et de Ziniarés et des localités telles que Pabré, Saaba et Bassinko.

En 2018, près de 1million 8 mille m3 d’excrétas en provenance de Ouagadougou, ont été transportés au niveau des trois stations de traitement de boue de vidange, d’après un document transmis à Faso Check par le secrétaire général de l’Association des vidangeurs mécaniques du Faso Arnaud Christian Paré.

Le président de l’Association des vidangeurs manuels, Alidou Bandé, a affirmé que 67% des vidanges sont faites mécaniquement à Ouaga contre 23% manuellement.

Il a ajouté que seuls 15% des vidanges mécaniques sont déversés dans les stations de traitement. Les 85% tout comme les vidanges manuelles sont déversées dans la nature.

Toutefois, Alidou Bandé n’a pas pu fournir de documents pour étayer ces chiffres.

 

Conclusion :

-L’affirmation selon laquelle, «la ville de Ouagadougou génère 600.000 tonnes de déchets par an», n’est pas tout à fait exacte, car il s’agit d’une projection réalisée depuis 20 ans. Il faut donc une étude récente pour confirmer ou infirmer ce chiffre.

 -Au départ, l’auteur ne précise pas de quel type de déchets, il s’agit. Mais à la vérification, l’on se rend compte que les 600 000 tonnes renvoient uniquement aux déchets solides, en majorité des déchets solides ménagers.

-La ville de Ouagadougou fait également face à d’importants autres types de déchets tels que les eaux usées et les boues de vidanges.

 

Tilado Apollinaire Abga

Aminata Bady Djibo

 

 

 

Leave a comment

Filtered HTML

  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <img> <h2> <h1> <h3> <div> <span> <section> <b> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <table> <td> <tr>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.