• Reply to: Burkina Faso: Des femmes et des chiffres

    Au Burkina Faso, les femmes sont majoritaires. Mais que savons-nous vraiment de leurs conditions socio-économiques d’existence? Pour vous, Fasocheck a fait une lecture particulière des résultats du dernier recensement général de la population burkinabè. Les chiffres présentés dans cette fiche d’information ont été tirés recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) et du livret genre, publiés par l’Institut national de la statistique et de la démographie (Insd).

     

    Selon l’Insd, elles comptent pour 51,7%  des 20,4 millions d’habitants au Burkina Faso.

    Les femmes sont majoritaires, mais surtout jeunes. 36,7% des femmes et des filles ont moins de 30 ans pour un âge moyen de 23 ans.

     

    Source : RGPH 2019

     

    C’est essentiellement dans les zones rurales que vivent les femmes. Pour l’ensemble du pays, sur 4 femmes on compte 3 qui vivent dans les villages.

     

    Source : RGPH 2019

     

    Si la culture burkinabè accorde davantage le rôle de chef de ménage aux hommes, il y a que, rapporte l’INSD, 15% des 3 907 094 ménages recensés sont tenus exclusivement par des femmes.

     

    • En 2018, quatre Burkinabè sur dix vivaient sous le seuil de la pauvreté. Le niveau de la pauvreté est toutefois moins prononcé chez les ménages dirigés par des femmes (33%) comparés à ceux gérés par les hommes.
    • Les femmes constituent par ailleurs 45% des personnes actives en 2018 contre 53% en 2015 soit une  baisse de 8%.
    • Toujours en 2018, sur les 13 mille entreprises enregistrées au Centre de formalités des entreprises (Cefore), 20% sont dirigées par les femmes.
    • En 2019, dans la fonction publique burkinabè, les femmes représentent 33,5%.

     

    Fasocheck

    Méda Jordan
  • Reply to: Une scène de tournage faussement présentée comme la dépouille du VDP Ladji Yoro

    Au lendemain de l’annonce du décès de Ladji Yoro, la photo d’un homme blessé au cou a été présentée comme celle du chef des VDP du Loroum. Pourtant il s’agit d’un maquillage artistique lors d’un court métrage.

     

    Dans les groupes et statuts WhatsApp au Burkina Faso, une capture d’écran de la photo d’un homme couché et dont le cou est perforé, est présentée comme la dépouille de Soumaila Ganamé dit Ladji Yoro, volontaire pour la défense de la patrie. Cette image est accompagnée de la mention écrite en arabe «  que Dieu lui pardonne, lui fasse miséricorde et le place dans ses vastes jardins du papradis». La photo montre-t-elle Ladji Yoro ?

     

    D’où vient la photo ?

     

    Le premier indice présent sur l’image virale est la signature « Make Up By Mouna » apposée tout au bas. Sur la même photo figure une boite contenant un liquide rouge et un pinceau.

     

    Fasocheck n’a pas pu retrouver l’auteur du maquillage. Les recherches inversées d’images via Google reverse image, Lens et Yandex n’ont donné aucun résultat concernant l’antériorité de la capture d’écran sur internet.

     

    Cependant une recherche web avec les mots clés « ladji yoro » renvoi à un collage photos composé d’une version de la capture d’écran devenu virale et de plusieurs images d’un homme sur un plateau de tournage. Ce photo collage a été publié sur Facebook le 25 décembre 2021.

     

    Photo montage publié sur Facebook le 25 décembre 2021 

     

    Fasocheck a pu contacter l’auteur de ce photo montage, Philémon Zongo. Il est acteur cinéma et la photo de lui blessé au cou qui circule provient d’une scène d’un court métrage qui a été tournée le 19 décembre 2021 à Koudougou, dans le centre ouest du Burkina Faso. « Dans cette scène, je suis agressé dans un village » a-t-il confié.

     

    Salim Ki Sidy, le réalisateur de ce court métrage dont le titre provisoire est « Pulma » a confié à Fasocheck que « la scène d’agression sur l’acteur était censé faite au couteau et non à l’arme à feu ».

     

    Photo orginale du plateau de tournage

     

    Une promo détournée de son contexte

     

    Comment une photo de tournage d’un film se retrouve dans une affaire de terrorisme ? Le réalisateur Salim Ki Sidy a expliqué que l’hypothèse la plus probable est que « le producteur a mis les photos du tournage en statut sur WhatsApp pour communiquer autour du film. C’est par coïncidence et on ne sait pas comment, la photo a été assimilée à Ladji Yoro ».

     

    Qui était Ladji Yoro

     

    Volontaire pour la défense de la patrie (VDP), Ladji Yoro jardinier de profession, était le leader du groupe des VDP de la province du Loroum dont il était natif, dans le nord du Burkina Faso. C’est dans cette région est beaucoup affectée par le terrorisme qu’il perdra la vie le 23 décembre 2021 lors d’une embuscade.

    Sa dépouille mortelle a été inhumée le 26 décembre 2021 à Ouahigouya toujours dans le Nord du pays.

     

    Conclusion : la photo d’un homme grièvement blessé au coup présenté comme le cadavre de Soumaila Ganamé dit Ladji Yoro est fausse. Il s’agit plutôt de celle Philémon Zongo, un acteur de cinéma Burkinabè lors du tournage d’un court métrage.

     

    Lire aussi : C'est quoi un VDP ?

     

    Isidor Bouda

    Fasocheck

    Méda Jordan
  • Reply to: Burkina : faux, le ministre de l'Economie Lassane Kaboré n'a pas été arrêté en fuite avec 17 milliards
    [url=https://trazodone.digital/]trazodone generic 100mg[/url] [url=https://buyflomax.shop/]flomax 200 mg[/url] [url=https://citalopramtabs.online/]citalopram pill 10 mg[/url] [url=https://diclofenac.guru/]diclofenac 60 mg[/url] [url=https://hydrochlorothiazide.store/]hydrochlorothiazide without prescription[/url]
    Méda Jordan
  • Reply to: Burkina élection 2020 : la photo des bouteilles estampillées aux couleurs du CDP est authentique

    Des photos de bouteilles de bière brandées à l’effigie de Eddie Komboïgo, candidat du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) à la présidentielle du 22 novembre au Burkina Faso, sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Chacun y va de son commentaire. Est-ce un montage ou une photo réelle ? Où ont elle été prises ? Fasocheck a vérifié.

     

    De prime abord, la qualité de l’image rend difficile la distinction claire et nette du visage imprimé sur les étiquettes. Des recherches inversées par les applications Reverse Image Google, Yandex et Bing, n’affichent aucun résultat marquant l’antériorité de la photo sur le web. Ce n’est donc pas une vieille image actualisée au gré de la campagne électorale de 2020.

    La photo a-t-elle été retouchée ?

    L’analyse de la photo avec FotoForencics (une plateforme en ligne qui analyse les métadonnées d’une image pour déterminer si elle a été retouchée ou pas) et l’application Fake Image Detector (recherche de potentiels modifications d’une image), renseignent que la photo est digitalement altérée. L’altération peut s’expliquer par le fait que les plateformes des réseaux sociaux compressent les images une fois en ligne.

     

    De même, les enregistrements et les republications de la même image sont des facteurs d’altération (baisse de luminosité, perte de pixels, recalibrage, etc). Par ailleurs, les métadonnées présentes sur la photo n’ont pas permis de remonter le lieu où l’image a été capturée. Cependant, elle est authentique, et n’a pas subi de montage dans son contenu.

     

    Fasocheck

    baclofen 30 mg lioresal 5 mg can you stop taking baclofen cold turkey what do baclofen pills look like
    Méda Jordan