Absent de l’actualité depuis son évacuation en France, Djibril Bassolé refait surface à la faveur d’un article sur son présumé activisme diplomatique. Un  retour sous le feu des projecteurs qui draine du faux.

 

 

Un message viral sur Facebook et sur Whatsapp prétend que les forces de l’ordre burkinabè auraient arrêté et mis en garde à vue un individu à Ouagadougou en possession d’armes de poings, d’explosifs, et de kalachnikov. Pourtant il n’en n’est rien.